Menu latéral
 
PraXis Développement – Formation – Conseil – Séminaire – Conférence | Comment les neurosciences font du stress votre allié ?
5430
post-template-default,single,single-post,postid-5430,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,smooth_scroll,

Blog

Comment les neurosciences font du stress votre allié ?

Le stress est universel : tout le monde a connu, connaît ou connaîtra le stress. Pourtant, selon les situations, certains le subissent alors que d’autres s’adaptent sereinement. En fonction de son profil, chacun gagne à comprendre son propre fonctionnement face au stress et à découvrir des moyens innovants pour mieux le gérer. À l’aide d’outils pratiques fondés sur les sciences cognitives et comportementales, il est ainsi possible d’identifier les situations qui sont potentiellement stressantes et adopter la bonne attitude pour les aborder calmement et efficacement.

En quête du trésor de la sérénité

Fruit de 25 années de recherche interdisciplinaire et d’expertise terrain de l’Institut de Médecine Environnementale (IME) et de son partenaire privilégié, l’Institute of NeuroCognitivism (INC), l’Approche Neurocognitive et Comportementale (A.N.C.) propose une grille de lecture novatrice des mécanismes du stress et de l’adaptation ainsi que des exercices pratiques pour développer sa sérénité. Cette quête de la sérénité passe nécessairement par les quatre étapes suivantes :

Première étape : Découvrir son propre profil face au stress

Comme la plupart des êtres vivants, l’Homme est sujet à trois modes d’expression du stress dit « émotionnel » : il peut stresser en mode « Fuite » (agitation, anxiété, angoisse, peur), en mode « Lutte » (impatience, susceptibilité, colère, agressivité) ou en mode « Inhibition » (découragement, déprime, voire certaines formes de dépression). Prendre conscience de son stress et savoir en reconnaître l’expression chez soi, c’est déjà prendre du recul et contribuer à sa diminution.

 

Le stress émotionnel peut se déclencher lorsque nous sommes confrontés à une situation complexe, inconnue, non maîtrisée ou incompatible avec nos valeurs. Nous sommes alors « stressables », réceptifs aux moindres facteurs stressants (embouteillages, prise de parole en public, gaspillage, hypocrisie…). Outre le stress émotionnel, chacun évalue ainsi sa « stressabilité », sa réceptivité individuelle aux facteurs stressants.

stress-391657_640

Seconde étape : Adopter le bon état d’esprit

zen-372767_1280

La « stressabilité » d’un individu est fortement liée à sa tendance naturelle à fonctionner, en situation stressante, de façon « automatique » en étant routinier, obstiné, binaire, empreint de certitudes, empirique… et influencé par le regard des autres. Or, c’est précisément dans ces situations qu’il serait nécessaire de fonctionner de façon « adaptative » en mobilisant les ressources de son cerveau, notamment celles du cortex préfrontal au cœur de l’« Intelligence Adaptative ».

Etre « adaptatif », c’est adopter un état d’esprit alliant curiosité, souplesse, nuance, prise de recul et de hauteur, réflexion logique et opinion personnelle pleinement assumée. Cet état d’esprit ouvert et adaptatif permet d’anticiper, de gérer la complexité, le changement… et le stress ! La bonne nouvelle est que, dans le cadre d’une démarche d’auto-coaching avec des outils accessibles à tous, il est possible d’apprendre à adopter le bon état d’esprit en fonction des circonstances et à développer un nouvel art de vivre, plus ouvert et serein.

Troisième étape : Identifier et gérer les situations « gâchettes »

Certains contextes, propres à chacun, mettent le feu aux poudres et déclenchent systématiquement une réaction émotionnelle de stress : il s’agit toujours des mêmes sujets, des mêmes mots, des mêmes attitudes (pour l’un : l’égoïsme, pour l’autre : la vantardise, pour un autre encore : l’incohérence…). Si le gaspillage, par exemple, va à l’encontre des valeurs d’un individu, celui-ci aura tendance à stresser lorsqu’il y sera confronté. En revanche, s’il n’est pas stressable sur ce sujet, il ne sera pas stressé en observant une personne gaspiller devant lui. Pour identifier ces situations « gâchettes » et apprendre à les gérer, il est utile de réaliser un diagnostic personnalisé car elles dépendent de l’histoire de chacun.

DooFi-Consulting-detective-with-pipe-and-magnifying-glass-silhouette-

Se donner les moyens de ses ambitions pour agir en toute sérénité

Quatrième et dernière étape de la quête : Gérer son stress à chaud comme à froid

L’A.N.C. offre un vaste panel d’exercices différents utilisables à chaud et/ou à froid. Chacun d’entre eux permet de développer une ou plusieurs dimensions de l’Intelligence Adaptative. Par exemple :

La curiosité : Pour déstresser, nous cherchons parfois à faire le vide mais les circonstances ne s’y prêtent pas toujours. Il existe une autre méthode basée sur la curiosité sensorielle : il s’agit de « faire le plein », par exemple en adoptant l’attitude du mélomane qui écoute tous les sons simultanément, comme pour une symphonie. Cette méthode est compatible avec l’action et efficace en quelques instants pour restaurer une sérénité intérieure plus durable.

La nuance et la relativisation : Un problème nous stresse ? Une situation nous dérange ? Cherchons-lui au moins deux inconvénients… et deux avantages (quitte à faire de l’humour noir) ! Cet exercice nous aidera à prendre du recul en mettant de la nuance dans une pensée souvent trop binaire (bien/mal, vrai/faux…) et fera baisser le stress.

L’opinion personnelle : En position délicate (exemple : un dossier que vous ne pourrez ou n’avez pas pu terminer à temps), demandons-nous ce que nous conseillerions à un collègue ou ami et appliquons-le à nous-mêmes… autrement dit, soyons notre meilleur ami pour augmenter notre capital sérénité !

Passer à l’action

Enfin, réaliser un projet personnel ou professionnel suppose non seulement d’adopter l’état d’esprit « adaptatif » mais aussi de concevoir et mettre en œuvre un plan d’action cohérent. Bien souvent le stress puis l’échec surviennent lorsque nos exigences de réussite sont supérieures aux moyens disponibles pour les accomplir. L’exercice consiste alors à évaluer l’écart entre les exigences et les moyens que nous nous donnons (car compter sur d’éventuels moyens dépendants du bon vouloir d’autrui ou de notre environnement augmente l’incertitude de la situation et donc les facteurs stressants). L’A.N.C. propose, pour ce faire, de suivre une méthode en 6 étapes qui amène à repenser ses ambitions et se centrer sur les nouveaux moyens à développer, plutôt que sur le résultat escompté ou la peur de l’échec, générateur de stress.

Cette méthode ainsi que les quatre étapes de la quête de sérénité exposées ici font l’objet du livre Votre profil face au stress. Comment les neurosciences font du stress votre allié (Editions Eyrolles, 2012). Ce livre d’auto-coaching, interactif et novateur, permet au lecteur de comprendre la formation gérer son stress pour pouvoir passer un questionnaire en ligne pour établir son profil et de suivre un parcours personnalisé au fil de l’ouvrage.

A propos de…

Venez découvrir à la lumière des dernières recherches en neurosciences et sciences du comportement :

  • Comment développer une intelligence adaptative pour faire face à la complexité et au changement ? Que peut-on apprendre de notre stress ?
  • Nos motivations : leurs origines, leurs manifestations et les moyens de les mobiliser durablement pour soi et son équipe
  • Comment gérer des personnalités manipulatrices avec bienveillance et fermeté ?
  • Comment assurer une fluidité des organisations par la « biosystémique » ?

Séance Découverte GRATUITE

" Les neurosciences pour comprendre les comportements "

L’ANC, une approche innovante de l’être humain et des organisations en partenariat

avec Alain Le Faucheur, Délégué Régional Ouest INC France

 

Aucun Commentaire

Ecrire un commentaire